Les technologies de l’information héritées du passé entravent le changement numérique

Publié le : 23 mars 20217 mins de lecture

Une étude montre comment les directeurs des systèmes d’information (DSI) évaluent la mise en œuvre de la transformation numérique dans leurs entreprises, quels sont les obstacles qu’ils rencontrent et comment ils les abordent ? Selon l’étude, les systèmes obsolètes, en particulier les systèmes hérités, entravent la transformation numérique.

La transformation numérique progresse dans le monde entier, mais elle est encore très lente dans de nombreux domaines. Les infrastructures informatiques obsolètes, les cultures d’entreprise traditionnelles et les préoccupations en matière de sécurité sont des facteurs de perturbation majeurs pour les entreprises. Année après année, les responsables informatiques expriment de plus en plus le désir de jouer un rôle plus actif dans la transformation numérique. C’est ce que montre une étude menée par la société informatique Logicalis, pour laquelle 890 DSI de 23 pays ont été interrogés sur la numérisation dans leurs entreprises.

Le progrès numérique est limité

En ce qui concerne la progression du changement numérique, selon l’étude, seuls 5% se considèrent comme des « innovateurs numériques » et 20% comme des « adoptants précoces » (early adopters) ; l’année dernière, les chiffres étaient respectivement de 7 et 22 %. En revanche, le nombre de ceux qui attribuent une valeur moyenne au niveau de maturité de leur organisation passe de 45 à 48 %.

Cette année, les responsables informatiques allemands attribuent un degré moyen de numérisation à leurs entreprises plus souvent que l’année précédente. Toutefois, les progrès ont été globalement limités, peut-être parce que les responsables informatiques voient désormais plus clairement toute l’étendue des défis liés à la numérisation.

Pour plus d'informations : En quoi consiste la transformation numérique des entreprises ?

Legacy-IT : le système hérité principale barrière à la digitalisation 

Selon les participants à l’étude, l’infrastructure informatique existante, complexe et souvent rigide, est une pierre d’achoppement essentielle de la transformation numérique. Contrairement aux start-ups, les DSI d’entreprises établies ne peuvent pas repartir à zéro avec leurs « anciennes technologies de l’information » sur un site vierge.

Pendant de nombreuses années, l’informatique dans les entreprises établies s’est vue attribuer un rôle opérationnel et non créatif. C’est pourquoi 56 % des DSI considèrent également le changement de culture d’entreprise comme un défi majeur.

63 % des DSI interrogés ont également cité l’analyse commerciale comme un facteur très important ou critique pour stimuler l’innovation dans l’entreprise. Pour les responsables informatiques allemands, les problèmes dans ce domaine sont principalement dus à des accords manquants ou peu clairs avec les unités commerciales (deux tiers des 104 réponses). En moyenne dans le monde, les îlots de données (40 %) et la complexité de la structure informatique (55 %) sont les principaux facteurs.

À parcourir aussi : La numérisation exige plus que des compétences numériques

Les problèmes de sécurité entravent les innovations informatiques

Un autre facteur perturbateur majeur – non seulement dans le domaine de la numérisation mais aussi dans tout projet informatique – est le renforcement croissant de la sécurité. Des types d’attaques de plus en plus agressifs, sophistiqués et complets rendent la vie difficile aux services informatiques et à leurs responsables, immobilisent des ressources précieuses et ont un impact négatif sur les innovations informatiques. Un tiers des DSI interrogés ont même déclaré que des problèmes ou des considérations de sécurité ont déjà empêché ou arrêté des projets informatiques à un moment donné.

Pour les responsables informatiques allemands, les logiciels contre rançon constituent le risque de sécurité le plus critique (81 %). Cependant, ils continuent à évaluer les risques globaux plus haut que leurs collègues du monde entier.

En plus de la cybercriminalité, les réglementations locales en matière de protection des données empêchent également d’utiliser davantage les services en nuage. Il s’agit d’un problème majeur, en particulier pour les responsables informatiques des entreprises opérant en Europe. Cela est probablement dû notamment à l’introduction de la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données (DSGVO).

L’externalisation des technologies de l’information reste limitée

Comme on l’a déjà constaté l’année dernière, le désir d’externaliser davantage d’activités informatiques quotidiennes à des partenaires extérieurs ne s’accroît que légèrement dans le contexte des nouvelles tâches stratégiques des services informatiques internes. Le processus progresse très lentement.

Par exemple, la proportion de ceux qui ont externalisé plus de 50 % n’a augmenté que d’un point, passant de 24 à 25 %. En Allemagne, le pourcentage est même passé de 15 % l’année précédente à 12 %. La majorité des activités liées à l’infrastructure informatique dans le monde sont encore réalisées en interne.

Les DSI veulent concevoir plus

Dans l’ensemble, les DSI interrogés sont optimistes quant à l’avenir. Ils veulent investir dans la modernisation de l’infrastructure informatique existante et dans le changement de la culture d’entreprise, ainsi que dans le développement d’un savoir-faire supplémentaire grâce à une formation et à un enseignement supplémentaires. Les responsables informatiques allemands comptent plus que la moyenne mondiale sur une coopération plus intensive entre les unités commerciales, sur la persuasion dans la direction de la gestion d’entreprise et sur la formation des employés dans le domaine de l’analyse des données afin de promouvoir davantage la numérisation dans l’entreprise.

L’étude montre également que les DSI du monde entier veulent jouer un rôle plus stratégique dans les projets de numérisation de leurs entreprises et veulent être plus libres des opérations informatiques quotidiennes. Jusqu’à présent, ils ont été davantage entraînés par le changement numérique que de le façonner eux-mêmes activement – ralentis, entre autres, par le volume de travail élevé requis pour maintenir les opérations informatiques et les exigences croissantes en matière de sécurité.

Plan du site